5/13/2015

Kosovo a country you want to go

Unlike those funny guys, we can know recommend Kosovo...


For EU passports and from Serbia into Kosovo in May 2015, we faced absolutely no issue to enter.

Our bus went from Belgrad to Prizren going through Pristina, the capital, leaning at 4.30PM and arriving at 11.30PM. We could then enjoy the incredibly lit gas stations of Kosovo...

Prizren has a very nice little downtown with a river flowing through and the famous bridge (recently reconstructed).

On top the impressive fortress and the slightly annoying (coz early) muezzin from the mosques downtown, 


we came for trekking in the Sharri national Park.
Unfortunately no time to visit UNESCO buildings (churches and monasteries).

We went with Bekim from Sharri Eco Tour paying 115€ for 3 for the day. We hiked the Bistra mount despite snow and rain. We saw some chamois but no bears, and also put a foot in Macedonia !


The city looks kind of fake with brand new buildings & streets with people circling around endlessly (downtown is VERY small). 

All in all, Kosovo is surprisingly developed, peaceful and modern, with a nice mountain here, ready to fight against real estate promotors for ski resorts...

5/12/2015

Banco pour les Balkans

First stop, Belgrade !


Capital of Serbia, where people fought an endless number of times (castle was rebuilt more than 40 times), Belgrade is a mixed city : some communist taste on the Novi side, some "ruin bar"-like atmosphere, some new looking-already-old parts, some Art Deco buildings 
 
2 mains attractions : chilling watching at a Danubian sunset at the fortress or at a Zemun cafe and cycling along the Sava to Ada Ciganlija to soak up the sun at the beaches, while gulping as much as you can of the famous Balkans grilled meat fest.



We also enjoyed the Holesterol restaurant and its neighboring bar (great food, great people, great local plum shots....) in a slightly off part of town (nearby the harbor) + a snack at the first of the bars along the Sava, in refurbished dock building. There is even instruments to play with !

5/07/2015

Back To Tahiti

J'ai Mini recap de mes 3 semaines de mission à l'endroit le plus éloigné de France ou presque, une mission que j'attendais depuis mon arrivée chez Arcome/Solucom !

Aller Paris/Séoul/Auckland/Papeete en 34h mais en business,

 avec 8h en Nouvelle Zélande histoire de passer voir mon parrain

L'objectif : aider l'OPT (sorte de PTT+CanalSat local) à se redonner un avenir face à la remise en cause de son modèle économique. C'est la plus grosse boîte du Pays, publique, et qui possède l'un des réseaux télécoms les plus complexes au monde pour seulement 250 000 personnes réparties sur l'équivalent de la 1/2 de la Corse éparpillés de l'Andalousie à la Suède et à la Roumanie !

Au programme : ateliers avec les forces vives, copils, réflexions stratégiques mais aussi quelques petites escapades !

Au petit matin..
Les embouteillages...
Pour un atelier intense !
La visite d'installations 
Ou des CoPils en haut lieu 
Travail jusqu'à la tombée du jour, à la piscine de l'hôtel...
Visite de marae autour de Tahiti 
De Tetiaroa...
La Fautaua
Moorea...
Et la tentative (réussie) pour battre le record du monde de gens jouant en même temps de l'ukulele. Ca paraît naze comme ça mais c'était un très beau moment d'unité et d'émotions.

Avec le retour par Los Angeles, ça me fait un 2ème tour du monde, mais à l'envers cette fois !

7/04/2014

À la recherche du Diamant

Autre objectif majeur de ce Brasil Trip 2014, la Chapada Diamantina, très connue pour son Parc Naturel parcouru de chemins de randonnées de plusieurs jours et peu balisés.

Le village de Lençois reçoit la plupart des visiteurs, à 7h de bus de Salvador de Bahia. Les draps ici ne désignent pas les dunes blanches mais les tentes des mineurs de diamant au XIXème siècle.
C'est très mignon, colonial bien préservé avec quelques petits restos et une authenticité qui perdure. Le village est traversé par une rivière et entouré de beaux sites naturels.
Pratique :
L'activité touristique tourne bien pour les guides, avec moults agences identiques et un bureau des guides où il vaut mieux aller chercher les services et négocier en direct. De 30 à 130 R$ par jour selon le parcours et le nombre de gens.
Allez voir en auberge de jeunesse pour trouver des camarades de trek !

J'ai d'abord fait un tour vers Ribeiro do Meio et la cascade du Sossego pour une journée d'exploration... Après une première partie très facile à suivre (début à une sortie du village entre 2 propriétés, escaliers en pierre) et ponctuée de 2 buvettes, on arrive aux toboggans du Ribeiro en une 30aine de minutes.
Je remonte ensuite la rive gauche pour trouver le chemin vers la cascade, qui est située sur cette rivière. 

Une grosse heure très facile permet de longer la rivière sur la rive gauche, jusqu'à ce que le chemin s'arrête dans la rivière.
Peu de monde, si ce n'est des lézards qui se confondent avec la pierre ou rayés d'un trait vert brillants. Eux et leurs comparses les geais font frémir les branches, qui est le seul bruit à accompagner le murmure des eaux toujours proches.
Il y a apriori un vrai chemin qui continue jusqu'à la cascade, mais je ne l'ai vu que par intermittence sur la rive droite. Le plus simple est de remonter la rivière par les rochers "yamakazi style", il y a toujours de quoi ne pas se mouiller. C'est une petite heure d'effort avant d'arriver à la cascade :
Pour le retour, il est possible de bifurquer avant Ribeiro do Meio sur la gauche, avant la descente qui amène aux toboggans. Des flèches blanches sont le long du parcours, mais parfois peu visibles et aléatoires. Elles rassurent tout de même. Cette bifurcation amène juste à côté du chemin qui mène au Ribeiro, mais ils ne se croisent pas.


Les 2 autres jours, j'ai pu fabriquer un tour pour faire les principaux points qui m'intéressaient : 
Jour 1 : en voiture essentiellement, Poço Azul, Poço Encantado, Morro Pai Inacio et arrivée en fin de journée à Capão pour dormir dans un camping.
Jour 2 : après une nuit au camping a 15r$ loc de tente incluse, départ au petit matin pour la cascade Fumação, la plus haute d'Amérique Latine. 2h de montée, 2h de descente, de quoi revenir dans les temps en ville pour regarder France Allemagne et Brésil Colombie. On a été tellement vite qu'on a même pu rentrer direct à Lençois.

Magnifique jeu de lumière qui est courbée dans l'eau puis rebondit en haut à droite sur la roche

Dans le 2ème, baignade possible !
Depuis ce Morro, vue à 360• sur la Chapada. Le dit Inacio aurait sauté d'ici avec un parapluie pour échapper aux personnes voulant le recapturer comme esclave. On aurait jamais retrouvé son corps. Base Jump pour lui !

Mes compères de trek Will et Paul
La cascade n'est pas liée une source, le débit est donc dépendant de la pluie. Avec un peu de vent, l'eau remonte !
La verdoyante et hippie vallée do Capão

Pratique :
Au final, le guide n'a pas servi à grand chose à part comme chauffeur. Les poços incluent un guide mais ne sont pas faciles à trouver, le Morro a aussi des guides, la cascade est très facile à trouver et à suivre (et y'a du monde). De plus il n'était pas bavard et mesquin (genre boissons pas incluses). 325R$ "tout compris" sauf la nuit fait trop après coup, mais on a pas voulu négocier.
Pas assez de rando aussi, mais ça c'est plutôt le timing de la Coupe du Monde qui l'a décidé...

7/01/2014

A paixão do futchebol

Que ce soit à Rio, Brasilia ou Salvador (et même à Sao Luis), on les croise partout les supporteurs : français, américains, belges, russes, grecs, bosniens, costaricains ou même vénézuéliens...

Mais c'est bien sûr sans parler des Brésiliens eux mêmes, jour de match ou pas. Difficile d'imaginer un tel taux de portage de maillot. C'est simple, pas un regard ne peut y échapper, il y a toujours quelqu'un pour porter la Seleção sur son dos (jaune ou bleu). 

Jeune, très jeune, vieux, très vieux... Riche ou pauvre, chacun a sa version du maillot, plus ou moins conforme.

La passion, elle se vit aussi sur la plage, par les agents de sécurité, en attendant le bus, dans le bus...


Les FIFA go home ou les graffiti clamant que la Copa n'aura pas lieu paraissent bien dérisoires désormais que le spectacle est enclenché.

Question sécurité, on est servi : police transit, police, police militaire, armée, helicos et même bateaux au large à Rio et Salvador... On est également accueilli par toutes les variantes de religions du renouveau, qui distribuent moults tracts.

À Lençois, la victoire du Brésil s'est transformée en fête du village avec barricada endiablée et capoeira dans le marché municipal.
Bon cela dit, le mythe du Brésil qui s'arrête complètement à chaque partie du Brésil ne se vérifie pas, il y a qqs irréductibles, peut être les auteurs des grafitti !